de Davide Lavermicocca, Balkis Mohamed et Adam Bah, Volontaires du Service Civil Arci Puglia
Les deux journées de formation sur l'histoire de l'antifascisme des Pouilles, organisées par le professeur Pasquale Martino de l'ANPI Bari, sont également terminées. Des jeunes de la fonction publique du projet "Communiting Upgrade" d'Arci Puglia, Arci Bari et Arci Brindisi ont participé à ces réunions. Les Pouilles ont toujours été une terre importante pour l'antifascisme italien. Les biographies de Giuseppe Di Vittorio, Giuseppe Di Vagno, Benedetto Petrone, la naissance de la première radio libre italienne après la guerre mondiale (Radio Bari), l'Assemblée Nationale des Commissions de Libération Nationale : ce ne sont que quelques-uns des moments les plus célèbres de l'anti-fascisme des Pouilles et de l'Italie, qui ont écrit des pages importantes dans notre histoire. Pendant les deux jours de la rencontre, nous avons approfondi l'histoire de notre terre et de ses racines antifascistes. Bari fut l'un des derniers bastions antifascistes à la conquête violente et squadriste des villes par le Parti National Fasciste. Bari elle-même fut la ville où la première manifestation libre eut lieu après les vingt ans d'existence de Mussolini, le 28 juillet 1943, lorsqu'une procession principalement étudiante descendit dans la rue pour aller à la prison locale où les prisonniers politiques de l'ancien régime fasciste étaient détenus et finissaient sous le feu de l'armée royale et des camarades fascistes qui ont tué 20 personnes, faisant de l'Italie post-fasciste l'un des plus grands massacres qui ait jamais existé. Sur le mur de Bari, il y avait d'ailleurs Michele Romito, le jeune citoyen Bari (la ville historique ) de 14 ans qui, à l'aide d'une grenade à main, réussit à faire fuir les colonnades allemandes prêtes à occuper la vieille ville pour y exercer des représailles avant son retour en Allemagne. Le passé le plus récent nous donne la photographie d'un Bari qui n'a pas complètement cédé devant l'appareil fasciste bourgeois qui a essayé de se relégitimer dans la ville en changeant les noms en partis et associations similaires mais sans en changer le contenu politique. Le 28 novembre 1977, l'un des événements qui secoua la ville et tout le pays: fut l'assassinat de Benedetto Petrone, un jeune citoyen de Bari Vecchia ( la ville historique )de 18 ans militant du FGCI, par les escadrons du Mouvement Social Italien (M.S.I.). Dans cette période historique où les bouleversements néo-fascistes sont réapparus et ont tenté une fois de plus de se proclamer représentants des intérêts populaires, il est nécessaire de redécouvrir les racines de l'antifascisme, enracinées dans la solidarité, l'entraide, l'hospitalité et la résolution des besoins collectifs par des actions collectives de rachat social. Les fascistes d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, alimentent la désintégration sociale pour se glisser dans les plis d'une société de plus en plus en colère et pauvre. Il faut répondre à la psychose collective par la solidarité et des réponses communes aux besoins communs, par une nouvelle identité antifasciste qui sait combiner le message historique avec l'élan vers un avenir plus égal, plus digne, plus juste pour tous et pour tous. Pour ces raisons, à partir de 2017, avec Rete della Conoscenza Puglia, Unione degli Studenti Puglia, CGIL Puglia, Libera Puglia et ACT Puglia, nous avons créé la Coordination Antifasciste Régionale : une expérience vertueuse et unique sur tout le territoire national, capable de réunir les réalités sociales et syndicales du panorama pouulien pour construire un réseau capable de donner une réponse forte au développement des néofascismes et pour créer une nouvelle culture et identité anti-fasciste. L'objectif de la Coordination est aussi celui de l'institution d'un Observatoire Antifasciste Régional qui engage la Région des Pouilles dans la lutte contre la réémergence des régurgitations fascistes. Également grâce au travail effectué par la Coordination, le pouvoir judiciaire de Bari a ordonné la saisie du siège local de Casapound après la vile agression contre certains manifestants après la procession antiraciste du 21 septembre 2018. La fonction publique nationale d'Arci (Arci Servizio Civile Nazionale) est aussi une occasion d'enrichissement culturel et de valeurs pour les nombreux jeunes qui y participent. Les valeurs de l'antifascisme sont les valeurs fondatrices de notre travail quotidien et des services offerts à la communauté.